Promouvoir et défendre le logiciel libre

18 September 2014

april.png Nouvelles April

Le projet de loi terrorisme adopté à l'Assemblée nationale

Le 18 September 2014 à 14:45:38

Le 18 septembre 2014, l'Assemblée nationale a adopté en première lecture et selon la procédure d'urgence le projet de loi relatif à la lutte contre le terrorisme. Malgré la mobilisation de nombreuses organisations, le texte adopté inclut malheureusement toujours les dispositions dangereuses pour les libertés à l'ère du numérique qu'avait dénoncées l'April. L'April regrette que, face à un discours anxiogène sur la menace terroriste, les libertés fondamentales soient passées au second plan.

Parmi les dispositions du texte, l'article 5 crée un nouveau délit de consultation habituelle de sites terroristes, tandis que l'article 9 prévoit le blocage administratif de sites Internet faisant l'apologie du terrorisme. Malgré les amendements déposés par plusieurs députés faisant état des dangers de ces dispositions comme le risque de surblocage, les menaces pour les libertés, et l'absence de jugement judiciaire, ces articles ont été adoptés sans améliorations par l'Assemblée.

Le texte doit désormais être examiné par le Sénat dans les prochaines semaines. L'April appelle les citoyens à rester mobilisés sur ce texte important, afin de protéger nos libertés à l'ère du numérique. Pour agir, n'hésitez pas à consulter le site de campagne de la Quadrature du Net.

Pour plus d'information, vous pouvez également consulter le communiqué de presse de la Quadrature du Net.

17 September 2014

jzimmermann.png Jérémie ZIMMERMANN

[EFF] Proposed Anti-Terror Law in France Would Erode Civil Liberties

Le 17 September 2014 à 09:59:47

A proposed anti-terrorism law in France has freedom of expression advocates concerned.  The bill, as our friends at La Quadrature du Net frame it, “institutes a permanent state of emergency on the Internet,” providing for harsher penalties for incitement or “glorification” of terrorism conducted online.  Furthermore, the bill (in Article 9) allows for “the possibility for the administrative authority to require Internet service providers to block access to sites inciting or apologizing for terrorism” without distinguishing criteria or an authority to conduct the blocking. […]

https://www.eff.org/deeplinks/2014/09/proposed-anti-terror-law-france-wo...

Frederic BEZIES

Toi aussi, deviens un expert linuxien… Crée ta distribution GNU/Linux grâce à RemasterSys… C’est tellement bien pour ton CV :D

Le 17 September 2014 à 07:18:40

Si les dérivées d’Ubuntu ont eu tendance à se démultiplier, pour le meilleur (la Linux Mint) comme le pire (non, pas de liste, ce serait trop long), c’est grace à des outils dédiés, dont un, RemasterSys

Même si le logiciel n’est plus développé sous ce nom, suite à une lassitude du développeur d’origine (cf la gueulante ci-dessous), il est toujours possible d’installer l’outil et d’appliquer une légère modification pour que le tout fonctionne encore du moins avec les Ubuntu 14.04 LTS.

Pour la gueulante ?

I have been doing this for almost 7 years now and after all the bs some folks created for me I have decided to stop development of remastersys and it will no longer be available.

Ce qui donne traduit :

J’ai travaillé dessus pendant près de 7 ans maintenant et après toutes les conneries (NdT: bs étant la réduction pour bullshit) que certaines personnes ont faites pour moi, j’ai décidé d’arrêter le développement de remastersys et il n’est plus disponible.

Est-ce à dire que l’auteur en a eu marre des distributions GNU/Linux qui se multipliaient comme des petits pains ? Apparemment, le projet existerait encore sous le nom de Black Lab au coût 50$ pièce avec des mises à jour à vie.

J’ai donc voulu créer ma propre distribution GNU/Linux simplement. J’ai pris une Xubuntu 14.04 LTS que j’ai très légèrement modifié :

  1. Remplacement du duo Abiword et Gnumeric par LibreOffice
  2. Remplacement de Parole par VLC
  3. Remplacement de gmusicbrower par Quodlibet
  4. Fond d’écran différent
  5. Utilisation du thème Numix
  6. Petit barre de taches en bas (non conservée durant la création de l’ISO ?)

Ensuite, j’ai lancé remastersys-gtk. J’ai demandé à ce qu’il utilise ma personnalisation (section « User whose current settings will be used as default »), puis j’ai lancé la création de l’ISO.

Après une petite demi-heure de travail, l’ISO a été générée. J’ai utilisé le disque de ma freebox en réseau comme tampon, puis j’ai vérifié l’ensemble, aussi bien en live qu’en installation pure…

Une vidéo est franchement parlante dans ce cas… Dommage qu’il n’ait pas conservé la barre que j’avais mis en bas à l’origine. Pas compris pourquoi :(

<iframe allowfullscreen="allowfullscreen" frameborder="0" height="360" src="http://www.youtube.com/embed/yNlp095fbAA?rel=0" width="640"></iframe>

Certaines personnes voudraient bien vendre des ISOs créées via RemasterSys… Autant dire que Coluche avait raison : « En parlant de musique commerciale : Quand on pense qu’il suffirait que les gens ne les achetent pas pour que ça ne se vende plus. »

Pas que ce soit contraire aux libertés définies par la Free Software Foundation, Richard Stallman vendait bien au début l’accès au code source d’emacs avec le logiciel pour financer la FSF, mais il faudra me dire en quoi changer le fond d’écran, le thème et la logithèque, donc une heure de peaufinage est un justificatif pour vendre l’ISO, même au prix de l’euro symbolique…

Philippe SCOFFONI

Un logiciel libre qui bloque le lancement de ses anciennes versions

Le 17 September 2014 à 05:51:26

Lorsque l’on met en avant les avantages d’un logiciel libre, il en est un que l’on cite souvent : celui de la fin de l’obsolescence logicielle programmée. Pourtant voici l’exemple d’un projet de logiciel libre qui bloque les exécutables les versions anciennes non sans conséquence pour certains utilisateurs. Une histoire à méditer, car elle met aussi en évidence les risques que courent les logiciels libres face aux “gros” du numérique et l’intérêt qu’ils ont à essayer d’interagir ensemble pour construire des usages innovants et donc attractifs pour les utilisateurs.

Le contexte

Firestorm ViewerLe projet dont il est question dans cet article est dénommé Firestorm. Ce logiciel permet de naviguer dans les environnements virtuels immersifs. Pour ceux qui ignorent ce dont il s’agit, sachez qu’il s’agit de représenter en trois dimensions un espace imaginaire ou existant. Vous avez la possibilité de vous déplacer dans cet environnement grâce à un avatar et d’interagir avec des objets ou d’autres avatars.

Vous disposez également de fonctionnalités pour construire des objets de toute sorte (maison, chaise, etc.) ainsi que d’un langage de développement pour animer et ajouter des fonctions à ces objets.

Si le client Firestorm sert à piloter et interagir avec l’environnement au travers de l’avatar et se charge également du rendu visuel en trois dimensions, tout reste stocké dans la partie serveur à laquelle il se connecte. Les interactions entre objets et avatar sont également gérées côté serveur.

Bref Firestorm ne sert à rien tout seul. Il s’utilise conjointement avec un autre logiciel en général installé sur un serveur quelque part sur internet ou encore sur la même machine en local pour un usage individuel. Mais quel est-il ?

Vous avez peut-être entendu parler de Second Life. C’est un service en ligne qui date maintenant d’une dizaine d’années. A l’origine Second Life était fourni avec son logiciel client. Nous sommes ici dans le monde du logiciel du logiciel propriétaire. Ni la partie serveur ni le logiciel client ne sont à l’origine sous une licence libre ou open source.

Linden Labs est la société qui met à disposition le service Second Life. C’est une société dont le comportement a toujours été pour le moins “discutable” vis-à-vis de ses clients. D’un point de vue libriste, même modéré, Second Life est un service qu’il faut fuir comme la peste.

Linden Labs publia néanmoins son logiciel client sous licence GPL à partir 2007. Non par souci d’ouverture, mais parce que son modèle économique est avant tout basé sur la location d’espace virtuel. Car si l’accès à l’environnement de Second Life est gratuit, il faut payer pour disposer d’un “endroit” pour construire son petit mode.

C’est donc à partir de ce client libre que fut développé Firestorm. Un logiciel qui est aujourd’hui utilisé par un nombre important d’utilisateurs de Second Life.

Le malheur

Les utilisateurs de Second Life ne sont pas forcément des geeks. Résultat, ils semblent ne pas procéder aux mises à jour de Firestorm et utilisent de vieilles versions. En conséquence, de nouvelles fonctionnalités de Seconde Life ne sont pas exploitées et restent “invisibles”. Mais parfois aussi, cela est source de dysfonctionnements. Or qui peut en être tenu pour responsable par l’utilisateur et a le plus à y perdre ? Second Life évidemment.

Du coup Linden Labs a exigé au projet Firestorm de faire en sorte que les utilisateurs soient contraints de passer aux versions supérieures.  La conséquence d’un refus bien que non cité dans le billet d’annonce du blocage des versions serait probablement le blocage tout simple de Firestorm. Renvoyant les utilisateurs alors vers le logiciel client de Linden Labs et reléguant Firestorm dans l’ombre.

Le souci, c’est que certains utilisateurs risquent de devoir changer de machine ou de carte graphique, car celle-ci deviendrait “obsolète” et non supportée par les nouvelles versions de Firestorm. Évidement le contre argument est celui de “l’expérience utilisateur” et de l’importance qu’elle soit la plus similaire et attractive possible pour tout le monde.

Pas si inévitable

Pourtant la dépendance de Firestorm à Linden Labs n’est pas inévitable. Depuis 2007 un projet dénommé OpenSimulator a vu le jour avec pour objectif de créer un logiciel capable de remplacer les serveurs de Linden Labs. Ce projet est à ce jour une réalité et offre la possibilité de disposer d’un outil complet et libre du client au serveur. Et pour les utilisateurs de ce dernier, le blocage s’appliquera aussi…

Le blocage mis en œuvre est simple et basé sur un fichier stocké sur le serveur du projet listant les versions obsolètes. Au démarrage le logiciel consulte cette liste et s’arrête s’il en fait partie. Bien évidemment, nous sommes dans le monde du logiciel libre, la parade est simple. Télécharger les sources de l’application, supprimer le contrôle et compiler le programme ainsi déverrouillé. Malgré mes recherches, personne ne semble l’avoir fait. Il faut dire que l’opération n’est pas accessible au commun des mortels.

J’avoue que je ne sais pas trop quoi penser de ce genre de situation. Voici un projet de logiciel libre qui se voit dicter sa conduite par un gros du numérique qui tient dans sa main les utilisateurs. Une situation que l’on connaît par ailleurs dans d’autres domaines de l’internet comme le web. On peut presque se demander l’intérêt d’avoir un logiciel libre dans ce contexte.

Un scénario similaire où Facebook bloquerait Firefox pour imposer une technologie ou fonctionnalité paraît peu vraisemblable. Et pourtant Google n’hésite pas à qualifier de “moins sécurisé” les logiciels de messagerie concurrents, dont Thunderbird. Quelle est la prochaine étape ? Je suis quelque peu inquiet…

Un autre modèle de développement pour les logiciels libres

Un exemple qui me semble montrer combien une approche transversale des usages et des technologies est indispensable. Firestorm et Opensimulator sont étroitement liés et devraient œuvrer dans une direction commune visant à offrir une solution plus attractive que celle fermée de Linden Labs. C’est un ensemble d’acteurs (marchands et non marchands) qui devraient se rassembler pour construire une suite cohérente et sexy. Mais dans ces contextes multiacteurs, il en faut un pour mener la danse. Et dans le monde du logiciel libre “non marchand” les acteurs de ce type n’existent pas vraiment à l’exception des distributions GNU/Linux.

Dans le monde marchand par contre, de nombreux acteurs jouent déjà ce type de rôle. Des sociétés comme Commerce Guys ont développé des “distributions” Drupal répondant à des usages et besoins précis. Mêmes exemples dans le monde des suites de l’informatique décisionnelle. Ces sociétés ont fait ce travail de sélection, d’amélioration et d’assemblage de composants pour proposer une solution pertinente. Hélas le résultat au final n’est pas toujours très “libre”. De plus les logiciels libres portés par des entreprises ne sont pas une bonne solution à long terme. Il suffit de voir comment un projet communautaire non marchand comme CyanogenMod est devenu une entreprise au bord du rachat par Microsoft.

Il est vrai que développer des usages innovants sans chercher à juste refaire ce qui existe, assembler, sélectionner des composants libres demande des moyens et de la cohérence dans les choix et les actions. Dans un monde où le fork est la réponse naturelle et normale aux désaccords et où chacun est libre de faire “ce qu’il veut” cet objectif semble inatteignable. Pourtant il me semble être le seul qui puisse aujourd’hui faire progresser un logiciel libre équitable, attirant et vraiment pour tous.

Demain les environnements immersifs et leurs périphériques

Dans le domaine des environnements virtuels et de ces périphériques (drones, imprimantes 3D, scanner, open data, lunettes de réalité augmentée, etc.), c’est ce que tente de faire une association comme Meza|Lab. Oui le site est moche et qui plus “outdaté”, mais les bras manquent ou “n’ont pas le temps”. Réfléchir et identifier les usages, tester, sélectionner, assembler, démarcher pour trouver des financements et favoriser l’émergence d’une suite vraiment libre portée par un acteur “non marchand”, telle est l’ambition. Si vous avez envie de tester, comprendre et aider à cette construction, laissez vos coordonnées.

Un enjeu des plus important quand on sait que Facebook investit massivement dans les technologies de réalité virtuelle avec le rachat d’Occulus Rift et annonce dans la foulée vouloir créer un environnement d’un milliard d’avatars (pourquoi un milliard ?). Quant à Linden Labs, il contre-attaque avec l’annonce d’un remplaçant à Second Life. Il y est question “d’être le réseau social de la réalité virtuelle” (suivez mon regard…). Laisserons-nous encore une fois les gros du numérique emprisonner les utilisateurs dans la prochaine rupture d’usage ? Il y a vingt ans quand vous expliquiez qu’un jour tout le monde aurait un site web, même des particuliers, vous passiez pour un fou. Je me sens un peu fou à la fin de cet article :-)


Réagir à cet article

Article original écrit par Philippe Scoffoni le 17/09/2014. | Lien direct vers cet article

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons BY à l'exception des images qui l'illustrent (celles-ci demeurent placées sous leur mention légale d'origine).

.

Patrice ANDREANI

Guide d’auto-défense numérique 2.

Le 17 September 2014 à 01:37:41

Un nouveau Guide d’auto-défense numérique vient de sortir, afin de donner les informations nécessaires pour protéger sa vie numérique en ligne, sur internet et les réseaux. Il est publié 4 ans après le premier, qui était plus centré sur l’utilisation d’un ordinateur hors connexion. Il semble très complet et bien fait, on peut le lire […]

Cet article Guide d’auto-défense numérique 2. est apparu en premier sur Le Blog d'ANDRE Ani.

16 September 2014

april.png Nouvelles April

Les administrations publiques doivent mettre en pratique ce qu'elles prêchent en soutenant les formats ouverts

Le 16 September 2014 à 13:51:30

Paris, le 15 septembre 2014. Communiqué de presse.

L'April soutient la plateforme FixMyDocuments (Répare mes documents) dont le but est d'aider les administrations publiques européennes ayant décidé de soutenir l'ODF à mettre en œuvre leur décision. La plateforme récolte des données sur leur degré d'adhésion à cet objectif, en assurant le suivi et en faisant des signalements. Chacun peut ainsi référencer sur FixMyDocuments.eu les pages web publiques ne proposant pas les documents modifiables dans les formats ODF lorsque les administrations se sont engagées à les utiliser. Ce service à été lancé par l'Open Forum Europe [en].

De nombreuses administrations en Europe (l'exemple le plus récent étant le gouvernement du Royaume-Uni) ont décidé de passer à l'ODF pour les documents modifiables partagés avec le public. Cette initiative fort positive améliore l'interopérabilité, réduit la dépendance exclusive envers certains distributeurs logiciels et facilite la communication de chacun avec les administrations publiques. La plateforme mise en place a pour but de les aider en faisant participer le grand public.

« Les formats ouverts et le logiciel libre partagent les même buts : être au service de chacun et garantir que les utilisateurs conserveront le contrôle de leurs données, tout en assurant la pérennité de ces mêmes données. Par l'utilisation de formats fermés ou privateurs, les institutions publiques favorisent les positions dominantes de certaines entreprises. L'April encourage donc les gouvernements et les institutions publiques à passer à l'utilisation exclusive de formats ouverts pour la publication et l'échange de documents. » affirme Frédéric Couchet, délégué général de l'April.

La liste des soutiens, sur laquelle figure Neelie Kroes, ancienne vice-présidente de la Commission européenne pour l'Agenda numérique, est disponible sur le site FixMyDocuments.

Si vous ne savez pas ce que « format ouvert » signifie, vous pouvez consulter notre page dédiée.

La plateforme a été lancée le 15 septembre 2014. N'hésitez pas à l'utiliser et à signaler les pages concernées !

À propos de l'April

Pionnière du logiciel libre en France, l'April est depuis 1996 un acteur majeur de la démocratisation et de la diffusion du Logiciel Libre et des standards ouverts auprès du grand public, des professionnels et des institutions dans l'espace francophone. Elle veille aussi, à l'ère du numérique, à sensibiliser l'opinion sur les dangers d'une appropriation exclusive de l'information et du savoir par des intérêts privés.

L'association est constituée de plus de 4 000 membres utilisateurs et producteurs de logiciels libres.

Pour plus d'informations, vous pouvez vous rendre sur le site Web à l'adresse suivante : http://www.april.org/, nous contacter par téléphone au +33 1 78 76 92 80 ou par notre formulaire de contact.

Contacts presse :

Frédéric Couchet, délégué général, fcouchet@april.org +33 6 60 68 89 31
Jeanne Tadeusz, responsable affaires publiques, jtadeusz@april.org +33 1 78 76 92 82

Franck CANONNE

Le G7X, premier compact expert 1 pouce de Canon

Le 16 September 2014 à 09:41:21

La chasse aux produits est ouverte pour cette nouvelle édition de la photokina. Et aujourd’hui, Canon nous dévoile son premier compact expert 1″ venant faire face à la série RX100 […]

Frederic BEZIES

Mate Desktop : une semaine et puis s’en va.

Le 16 September 2014 à 06:00:55

J’avais écrit un billet il y a une grosse semaine sur un test concernant Mate Desktop sur mon ordinateur fixe. Mais il n’a pas été concluant. Au bout d’une semaine, j’ai décidé de faire le chemin de retour vers Gnome 3.12.2.

Pour quelles raisons ?

  1. La présence des deux barres horizontales qui mangent trop d’espace à l’écran à mon goût.
  2. Les menus déroulants sont fouillis quand est habitué à avoir simplement un lanceur qui se rétracte automatiquement quand on en a pas besoin.
  3. L’absence d’affichage d’un agenda à volonté. J’apprécie en effet de pouvoir avoir, à volonté, via un clic de souris l’agenda prévisionnel du mois à venir.
  4. L’absence d’un mode de présentation comme celui des activités de Gnome Shell pour jongler rapidement entre les applications.
  5. Pas de module de recherche intelligent (ou ai-je mal cherché ?)
  6. L’obligation de compiler Mate Mplayer, Gnome Mplayer ne fonctionnant pas sous Mate Desktop
  7. L’impression de me retrouver plusieurs années en arrière. Je ne suis pas nostalgique à ce point :)

Cependant, tout n’est pas noir.

  1. J’ai apprécié la possibilité de connaître la place disponible sur un disque dur interne ou externe. Option qui a disparu de Nautilus aux alentours de sa version 3.6 si ma mémoire est bonne.
  2. J’ai aussi apprécié la possibilité d’avoir les périphériques amovibles à porter de clic sur le bureau.
  3. La légèreté de l’ensemble, même si l’impression de vitesse qu’on a après avoir utilisé Gnome Shell durant des années s’estompe très vite

J’ai migré mon ordinateur fixe lundi après-midi. Mon portable sera migré dans le courant de la matinée de mardi, car Gnome-Shell est légèrement plus pratique avec un touchpad que Mate Desktop. Seul point que j’ai conservé, c’est l’utilisation de Quodlibet.

Allez, sans rancune Mate Desktop. Je comprends que des personnes soient attirées par toi, mais je n’en fais au final pas partie.

Patrice ANDREANI

Revue de presse de l’April, semaine 37.

Le 16 September 2014 à 01:04:27

[l'Humanité.fr] Conférence de Stallman: extraits choisis http://www.humanite.fr/conference-de-stallman-extraits-choisis-551619 [Numerama] En Italie, Turin abandonne Windows pour Ubuntu http://www.numerama.com/magazine/30541-en-italie-turin-abandonne-windows-pour-ubuntu.html [01net.] Numérique: les étonnantes nominations de la Commission européenne http://www.01net.com/editorial/626674/numerique-les-etonnantes-nominations-de-la-commission-europeenne [Numerama] Neutralité du net: le congrès américain submergé par les appels http://www.numerama.com/magazine/30528-neutralite-du-net-le-congres-americain-submerge-par-les-appels.html [Le Monde.fr] Le Conseil d'Etat veut un encadrement des activités des espions sur Internet http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/09/09/le-conseil-d-etat-veut-un-encadrement-des-activites- des-espions-sur-internet_4484206_4408996.html [Les […]

Cet article Revue de presse de l’April, semaine 37. est apparu en premier sur Le Blog d'ANDRE Ani.

15 September 2014

jzimmermann.png Jérémie ZIMMERMANN

Action urgente : début de l'examen du projet de loi « terrorisme »

Le 15 September 2014 à 12:12:00

Le projet de loi « Terrorisme » de Bernard Cazeneuve commencera à être débattu aujourd'hui 15 septembre 2014 à partir de 17h pour être voté au terme de cinq séances, probablement jeudi.

Il est urgent de contacter vos députés pour les convaincre de ne pas voter ce projet de loi inefficace et liberticide, ou au minimum de voter ces amendements qui réduisent la nocivité des mesures programmées par le gouvernementaux :

  • Article 1 : amendement 32 ;
  • Article 4 : amendement 141, à défaut amendements 132 – 36 ;
  • Article 5 : amendement 74 – 34 ;
  • Article 9 : amendements 123-130 ;
  • Article 10 : amendements 97-129 ;
  • Article 12 : amendements 98-128 ;
  • Article 15 : amendements 124-127 ;
  • Article 15bis : amendement 105 ;

Pour permettre aux citoyens de se mobiliser, La Quadrature du Net met à leur disposition :

« Nous appelons les citoyens à la vigilance et à l'action : le ministère de l'Intérieur met beaucoup d'efforts pour occuper médiatiquement l'espace et répéter à l'envi que ce projet de loi réglera les problèmes de radicalisation djihadiste sans toucher à nos libertés individuelles. Nous savons que cela est faux, que le projet de loi terrorisme est inefficace sur la forme et dangereux sur le fond. Appelez vos députés, écrivez-leur un email, expliquez-leur le fond de ce projet de loi. C'est le moment de montrer à vos députés qu'ils doivent défendre nos libertés avant tout ! » déclare Adrienne Charmet, coordinatrice des campagnes de La Quadrature du Net.

april.png Nouvelles April

Revue de presse de l'April pour la semaine 37 de l'année 2014

Le 15 September 2014 à 11:34:01

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

En podcast.

Sommaire de la revue de presse de l'April pour la semaine 37

[l'Humanité.fr] Conférence de Stallman: extraits choisis

Par la rédaction, le samedi 13 septembre 2014. Extrait:
> Richard Stallman, le père du logiciel libre tenait ce vendredi une conférence sur les droits de l’homme et l’informatique. Morceaux choisis de la conférence.
Lien vers l'article original: http://www.humanite.fr/conference-de-stallman-extraits-choisis-551619

Et aussi:
[Numerama] Stallman Liberté Egalité Fraternité Politique

[Numerama] En Italie, Turin abandonne Windows pour Ubuntu

Par Julien L., le vendredi 12 septembre 2014. Extrait:
> La ville de Turin a décidé de migrer son parc informatique vers Ubuntu. Outre des considérations économiques, la municipalité a pris en compte l'arrêt du support de Windows XP, l'expiration des licences et la vétusté des postes. Une économie de 300 euros par ordinateur est attendue.
Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/magazine/30541-en-italie-turin-abandonne-windows-pour-ubuntu.html

Et aussi:
[ZDNet] La ville de Turin va passer de Windows XP à Ubuntu

[01net.] Numérique: les étonnantes nominations de la Commission européenne

Par Pascal Samama, le jeudi 11 septembre 2014. Extrait:
> Jean-Claude Juncker, a présenté son équipe. Les nouveaux responsables du numérique sont loin d’être des spécialistes. Bonne nouvelle pour les géants du Net, moins bonne pour l’Europe numérique. Portraits.
Lien vers l'article original: http://www.01net.com/editorial/626674/numerique-les-etonnantes-nominations-de-la-commission-europeenne

Et aussi:
[EurActiv] La nomination surprise de Günther Oettinger au numérique fait débat
[Numerama] Voici les deux commissaires européens chargés du numérique
[Next INpact] CJUE: numérisations et copies sur clef USB autorisées en bibliothèque

[Numerama] Neutralité du net: le congrès américain submergé par les appels

Par Julien L., le jeudi 11 septembre 2014. Extrait:
> Dans le cadre d'une journée d'action en faveur de la neutralité du net aux USA, de nombreux sites web ont lancé une opération visant à simuler un Internet lent. En outre, les Américains se sont mobilisés pour convaincre leurs élus de se mobiliser sur ce sujet. Le congrès a été submergé par les appels au cours de la journée.
Lien vers l'article original: http://www.numerama.com/magazine/30528-neutralite-du-net-le-congres-americain-submerge-par-les-appels.html

Et aussi:
[Numerama] Axelle Lemaire pas pressée d'imposer la neutralité du net
[Le Monde.fr] Importante manifestation en ligne pour défendre la neutralité du Net

[Le Monde.fr] Le Conseil d'Etat veut un encadrement des activités des espions sur Internet

Par Martin Untersinger, le mardi 9 septembre 2014. Extrait:
> Le Conseil d’Etat présente, mardi 9 septembre, son étude annuelle, consacrée cette année au numérique et aux droits fondamentaux. C’est loin d’être le premier rapport que l’administration produit à propos du numérique. Mais l’étude annuelle de la plus haute juridiction administrative française, qui fait généralement référence, est toujours étudiée de près par les professionnels du droit et les milieux du domaine concerné.
Lien vers l'article original: http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/09/09/le-conseil-d-etat-veut-un-encadrement-des-activites-des-espions-sur-internet_4484206_4408996.html

Et aussi:
[LExpansion.com] Défense des libertés numériques: ce que propose le Conseil d'Etat
[Next INpact] Numérique et droits fondamentaux: toutes les propositions du Conseil d'État
[Numerama] Le Conseil d'Etat veut que Netflix vous recommande "Plus Belle La Vie"
[Numerama] Neutralité du net: le Conseil d'Etat s'y oppose en feignant la soutenir!
[Numerama] Comment le Conseil d'Etat veut éviter un Edward Snowden français
[LeMonde.fr] Quand l’open-data aura-t-il sa loi?
[Next INpact] L’ANSSI «très réservée» sur les mesures de blocage de sites

Voir aussi:
L'April soutient la campagne citoyenne contre le projet de loi «terrorisme»

[Les Echos] Imbroglio sur la réforme du copyright

Par Charles Cuvelliez, le mardi 9 septembre 2014. Extrait:
> La Commission européenne a lancé une vaste consultation sur la réforme du copyright qui a recueilli 9 500 contributions d'utilisateurs et de consommateurs... Et personne n'est d'accord.
Lien vers l'article original: http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-108516-copyright-les-usagers-sont-sur-venus-tous-les-autres-sur-mars-1040594.php

Et aussi:
[Next INpact] Le plan de guerre de la Hadopi contre le streaming et le direct download
[Numerama] La Hadopi passe à l'action contre le streaming et DDL
[Numerama] Rembobiner peut être interdit par le droit d'auteur

[Direction Informatique] Le logiciel libre à la Gendarmerie française

Par Jean-François Ferland, le lundi 8 septembre 2014. Extrait:
> La Gendarmerie nationale, qui est responsable de la sécurité dans les zones rurales et les banlieues dans la France et ses territoires – l’équivalent en quelque sorte de la Sureté du Québec – a réalisé au cours des années 2000 un projet de grande envergure: la migration de dizaines de milliers de postes de travail au moyen de logiciels libres.
Lien vers l'article original: http://www.directioninformatique.com/le-logiciel-libre-a-la-gendarmerie-francaise-1-alibi-pour-une-independance-technologique/30069

[Framablog] Internet. Pour un contre-ordre social

Par Christophe Masutti, le vendredi 5 septembre 2014. Extrait:
> Depuis le milieu des années 1980, les méthodes de collaboration dans la création de logiciels libres montraient que l’innovation devait être collective pour être assimilée et partagée par le plus grand nombre. La philosophie du Libre s’opposait à la nucléarisation sociale et proposait un modèle où, par la mise en réseau, le bien-être social pouvait émerger de la contribution volontaire de tous adhérant à des objectifs communs d’améliorations logicielles, techniques, sociales.
Lien vers l'article original: http://www.framablog.org/index.php/post/2014/09/05/internet-pour-un-contre-ordre-social-christophe-masutti

Note

Les articles de presse utilisent souvent le terme « Open Source » au lieu de Logiciel Libre. Le terme Logiciel Libre étant plus précis et renforçant l'importance des libertés, il est utilisé par l'April dans sa communication et ses actions. Cependant, dans la revue de presse nous avons choisi de ne pas modifier les termes employés par l'auteur de l'article original. Même chose concernant l'emploi du terme « Linux » qui est généralement utilisé dans les articles pour parler du système d'exploitation libre GNU/Linux.

Frederic BEZIES

Repose en paix, Bodhi Linux… Quelle sera la prochaine à mettre la clé sous la porte ?

Le 15 September 2014 à 08:35:50

La nouvelle est tombée il y a quelques jours. La Bodhi Linux, pour schématiser une Ubuntu LTS avec l’environnement Enlightenment, vient de voir son mainteneur mettre un terme à son projet.

Pour citer les propos du créateur de la distribution, il met le projet de côté pour diverses raisons :

I am sure anyone who has been following the Bodhi project has taken note that the 3.0.0 release timeline has not happened as expected. Due to a variety of reasons I would like to announce today that I will no longer be actively developing Bodhi Linux.

Ce qu’on peut traduire par :

Je suis sûr que tous ceux qui ont suivi le projet Bodhi ont pris note que la feuille de route de la version 3.0.0 n’a pas eu lieu comme prévu. À cause de plusieurs raisons, je voudrais annoncer aujourd’hui que je developperais plus activement Bodhi Linux.

Cependant, ce n’est pas un arrêt sec, et le mainteneur laisse le code disponible pour les personnes désirant reprendre le projet, pour reprendre les termes du créateur :

So if you are reading this and have an interest in picking up where I am leaving off, please contact me. All Bodhi related code can be found on my GitHub page and I am more than happy to help guide you in the right direction with how things work as you are getting started.

Ce qu’on peut traduire par :

Donc, si vous lisez ceci et que vous désirez reprendre là où je me suis arrêté, s’il vous plaît contactez-moi. La totalité du code de la Bodhi peut être trouvé sur ma page GitHub et je suis plus qu’heureux de vous guider dans la bonne direction sur comment l’ensemble fonctionne si vous êtes sur le point de démarrer.

J’ignore si le projet sera repris, et il serait dommage qu’une distribution à peu près sérieuse (près de 4 ans au compteur) aille rejoindre le cimetière des distributions GNU/Linux, au contraire de la floppée des dérivées d’ubuntu qui pullulent et qui n’apporte rien d’intéressant.

Car et même si on dit que je suis un pauvre casse bijoux de famille qui radote (désolé, mais c’est mon âge qui s’exprime ici), il y a trop de distributions GNU/Linux qui ne servent à rien. On pourra critiquer ma référence à distrowatch, mais encore une fois, donnez-moi une référence qui permette d’être tenu au courant de la vie des distributions GNU/Linux, en proposant un index assez à jour, et une liste d’attente presque aussi longue que le nombre de distributions encore en vie de nos jours.

Car il y a de nombreuses distributions redondantes. Quel est l’intérêt de proposer quelque chose qui existe déjà ? Quel est l’intérêt d’une Cubuntu (Ubuntu + Cinnamon) dont le nom porte à rire face à la LinuxMint qui est le projet d’origine de Cinnamon sur une base ubuntu ?

Quel est l’intérêt de la VintOS face à la Manjaro Linux ? De la OpenMandriva face à la Mageia ?

Ce sont les trois premiers exemples qui me viennent à l’esprit. Mais il y en a sûrement d’autres. On pourra m’objecter que c’est le choix qui explique tout cela.

Soit, mais trop de choix tue le choix, éparpille les ressources, et bref, cela permet la prolifération de projets qui ne verront jamais leur premier anniversaire.

C’est aussi le meilleur moyen de faire fuir les utilisateurs potentiels perdu devant la prolifération des distributions GNU/Linux. Il m’arrive de recevoir des courriers de personnes me demandant : « Je veux débuter avec Linux, vous me conseillez quelle distribution ? »

Je suis tenté de répliquer avec des phrases du genre : « Pourquoi ne pas essayer de se mettre au tricot, plutôt ? »

Il n’y a aucun sexisme dans cette réplique, simplement que c’est devenu une telle galère de s’orienter dans l’offre pléthorique des distributions qu’il serait plus simple de s’initier à l’art du tricot et du crochet que de conseiller un débutant qui voudrait découvrir le monde des distributions GNU/Linux.

2014 a été plutôt intéressante avec la mort de PearOS (dont on ignore toujours le nom du racheteur près de 8 mois après la mort brutale), celle de la Blu Linux racheté par TrentaOS (qui n’a toujours rien sorti mis à part des captures d’écran au moment où je rédige cet article).

Bref, je sens que le dernier trimestre 2014 sera intéressant à suivre… Et on verra la liste des distributions GNU/Linux abandonnées s’allonger sans fin…

rhertzog.png Raphaël HERTZOG

Mes activités libres en août 2014

Le 15 September 2014 à 06:43:13

Voici le récapitulatif mensuel de toutes mes activités gravitant autour du logiciel libre. Si vous faites partie des personnes ayant fait un don pour soutenir mon travail (65,55 €, merci à tous !), c’est l’occasion de constater ce que je fais de votre argent. Sinon, c’est toujours quelques nouvelles intéressantes sur l’avancement de mes différents projets.

Distro Tracker

Bien qu’officiellement en vacances trois des quatre semaines d’août, j’ai passé de nombreuses nuits à travailler sur Distro Tracker. Je suis heureux d’avoir réussi à rendre l’ensemble de la base de code (testée) de nouveau compatible Python 3. La suite de tests complète passe maintenant avec succès pour Python 3.4 et Django 1.6 (ou 1.7).

Je lancerai « tox » sur tous les bouts de codes soumis à partir de maintenant, ce afin d’être sûr que nous ne régresserons pas sur ce point. tox lance également flake8 à ma place, de sorte que je puisse facilement détecter tout pan de code contribué ne respectant pas la norme de codage PEP8. De même qu’il intercepte d’autres erreurs intéressantes (comme les variables inutilisées ou les fonctions trop complexes).

Réussir à faire passer au code le test flake8 avec succès demanda également un effort conséquent, qui a entraîné un énorme commit (89 fichiers modifiés, 1763 insertions, 1176 suppressions).

Toute cette refactorisation n’a mené, grâce à la suite de tests intensifs, qu’à deux régressions que j’ai corrigées assez rapidement.

Quelques statistiques : 51 commits réalisés le mois dernier, dont 41 par mes soins,3 par Andrew Starr-Bochicchio, 3 par Christophe Siraut, 3 par Joseph Herlant et 1 par Simon Kainz. Merci à eux ! Leurs contributions ont porté plusieurs fonctionnalités qui étaient déjà disponibles sur l’ancien PTS. Le nouveau PTS avertit maintenant des prochaines suppressions automatiques, affiche les problèmes avec les URL amont, inclut une courte description du paquet dans la page de titre, et fournit un lien vers des captures d’écran (si ces dernières existent sur screenshots.debian.net).

Il nous reste toujours de nombreux bogues à traiter, vous pouvez donc aider également : aller voir https://tracker.debian.org/docs/contributing.html. Je laisse toujours des bogues faciles à traiter pour les autres, donc choisissez-en un et mettez-vous au travail ! Je passerai en revue votre patch avec plaisir. :-)

Tryton

Après mon dernier lot de contributions au plan comptable français de Tryton (n°4108, n°4109, n°4110 et n°4111), Cédric Krier m’a accordé les droits de commit sur le module mercurial account_fr.

Debconf 14

Je n’ai pas pu y assister cette année, mais grâce à l’exceptionnel travail de l’équipe vidéo, j’ai pu visionner certaines vidéos (et j’en ai encore un petit paquet que je souhaite regarder). Certaines ont été mises en ligne dès le lendemain de l’enregistrement, ce qui est vraiment un sacré boulot !

Django 1.7

Après les rapports de bogue initiaux, j’ai reçu un retour des mainteneurs craignant d’avoir des difficultés à rendre leurs paquets compatibles avec Django 1.7. Je les ai aidés du mieux que j’ai pu en leur apportant quelques patchs (pour horizon, pour django-restricted-resource, ainsi que pour django-testscenarios).

Dans la mesure où je m’attendais à ce que beaucoup de mainteneurs ne soient pas vraiment très pro-actifs, j’ai recompilé tous les paquets avec Django 1.7, afin de détecter a minima ceux qui échouaient à compiler. J’ai marqué tous les rapports de bogue correspondants comme confirmés.

On peut constater au détour de https://bugs.debian.org/cgi-bin/pkgreport.cgi?users=python-django@packages.debian.org;tag=django17 les progrès réalisés, avec 25 paquets corrigés. Il en reste au moins 25 autres qui sont problématiques dans sid et 35 pour lesquels aucune investigation n’a encore été réalisée (exceptée la compilation automatique qui a réussi). Votre aide est encore une fois plus que bienvenue !

Il est facile d’installer python-django 1.7 à partir d’experimental, et d’essayer d’utiliser/recompiler les paquets de la liste mentionnée ci-dessus.

Traduction Dpkg

Avec l’approche du gel, je souhaitais m’assurer que dpkg était intégralement traduit en français. J’ai ainsi contacté debian-l10n-french@lists.debian.org et fusionné certaines traductions faites par des volontaires. Il apparait malheureusement que personne ne s’est porté volontaire pour maintenir cette traduction sur le long terme… j’ai donc moi-même réalisé la mise à jour requise lorsque dpkg en version 1.17.12 a été envoyé.

Y a-t-il qui quelqu’un désireux de maintenir la traduction de dpkg en français ? Avec les derniers changements de la 1.17.13, nous avons de nouveau quelques chaînes non traduites :

$ for i in $(find . -name fr.po); do echo $i; msgfmt -c -o /dev/null --statistics $i; done
./po/fr.po
1083 translated messages, 4 fuzzy translations, 1 untranslated message.
./dselect/po/fr.po
268 translated messages, 3 fuzzy translations.
./scripts/po/fr.po
545 translated messages.
./man/po/fr.po
2277 translated messages, 8 fuzzy translations, 3 untranslated messages.

Travaux divers

J’ai réalisé un envoi QA de xsane (qui est actuellement orphelin) afin de supprimer la dépendance (à la compilation) à liblcms1, et éviter son retrait de Debian testing (cf. le n°745524). Pour information : how-can-i-help m’a informé de ce problème après un dist-upgrade.

Avec le travail dédié à Django 1.7 et le besoin d’ouvrir une branche expérimentale, j’ai décidé de basculer l’empaquetage de python-django vers git, même si la politique actuelle de l’équipe est d’utiliser subversion. Cela a déclenché (une fois de plus) la discussion d’un possible passage à git, et j’ai été heureux de constater cette fois un peu plus d’enthousiasme à cette idée. Barry Warsaw a testé quelques workflows, partagé son sentiment et invité à en discuter lors d’une discussion pendant Debconf. Il se pourrait que cela advienne pour de bon cette fois. J’ai apporté ma pierre aux discussions sur la liste de diffusion.

Merci

Rendez-vous au mois prochain pour un nouveau résumé de mes activités !

Ceci est une traduction de mon article My Free Software Activities in July 2014 contribuée par Weierstrass01.

Aucun commentaire pour le moment | Vous avez aimé ? Cliquez ici. | Ce blog utilise Flattr.

14 September 2014

april.png Nouvelles April

Actualités de l'April du 7 septembre 2014

Le 14 September 2014 à 20:34:05

Informations

20140907_actualites_april.png
Luc Fievet et Lionel Allorge
vous présentent les actualités
de l'April du 7 septembre 2014

  • Titre : Actualités de l'April du 7 septembre 2014
  • Intervenants : Luc Fievet, Lionel Allorge
  • Réalisation : Luc Fievet, Lionel Allorge
  • Licences : Gnu FDL 1.3 ou ultérieure, CC-by-SA 2.0 ou ultérieure, Art Libre 1.3 ou ultérieure
  • Durée : 8 mn 28 s
  • Média : 20140907_actualites_april.webm (96,3 Mo)
  • Logiciels utilisés : Kdenlive pour le montage vidéo et Inkscape pour le générique

Transcription

Luc : Les nouvelles de l'April. Bonjour Lionel.

Lionel : Bonjour Luc.

Luc : Alors on change un petit peu la formule. On a eu des remarques comme quoi ce n’était pas très clair le fait qu'on se parle tous les deux, qu'on ne regarde pas la caméra. Donc on va essayer de la faire en regardant la caméra.

Lionel : C'est ça.

Luc : Donc ça va être très tendu et d'autant plus que le petit signe que vous voyez derrière, le scotch commence à être un peu faible, donc il y a une probabilité non négligeable qu'il se casse la gueule pendant qu'on filme, mais on est prêt à prendre le risque parce qu'on n'a peur de rien. Donc qu'est-ce qui s'est passé depuis les dernières nouvelles, Lionel ?

Lionel : L'actualité évidemment du mois d’août a été assez calme. C'est un mois où les gens sont plutôt en vacances. Toutefois le 29 août, pour préparer la rentrée, on a fait un apéro dans le local de l'April. C'est-à-dire qu'on propose aux gens de venir boire un coup, manger quelque chose, et discuter de sujets divers et variés, pas seulement du Libre mais aussi de ce qui les intéresse de manière générale. C'est un moment convivial.

Luc : Très bien. Dans les activités au sein de l'association, il y a une grande nouvelle, c'est l’arrivée de Isabella.

Lionel : Oui, qui est notre future secrétaire de direction, on va dire, mais ça va un peu plus loin puisqu'elle va s’occuper aussi de gérer un certain nombre de projets de l'April. J'ai eu l'occasion de venir passer deux jours au local de l'April pour l'aider en prendre en main tous les outils de l'April. Évidemment l’April déjà n’utilise que des outils libres, cela va de soi, mais en plus il y a des outils très spécifiques, notamment le logiciel gDTC qui nous permet de gérer les adhérents, et qui a été développé spécifiquement pour nous par Benj, qu'on remercie, parce que c'est un outil qui est fondamental pour la gestion de l'association.

Luc : On enregistre dimanche. Actuellement maintenant, au moment où on enregistre, il y a des apriliens à la braderie de Lille qui tiennent un stand tout le week-end.

Lionel : C'est ça. Et donc on est régulièrement maintenant depuis des années invité par Chtinux qui est le Gull de Lille.

Luc : Merci Chtinux.

Lionel : Oui,oui, merci à eux. On est régulièrement invité ; même ils trouvent des logements pour les participants qui ne sont pas de la région lilloise. Et donc ils nous proposent de tenir un stand, avec d'autres associations, pour promouvoir le Logiciel Libre au sein de la braderie de Lille qui est la plus grande braderie d’Europe, en plus. C'est intéressant d'y être pour rencontrer du très grand public.

Luc : Au niveau des rencontres grand public, la semaine prochaine, ça tombe le 12, 13 et 14 septembre, c'est la fête de l’Humanité. Ça faisait quelques années qu'on n'y était pas et là c'est le retour du numérique, de l'informatique là-bas.

Lionel : Tout à fait.

Luc : Et donc bonne nouvelle !

Lionel : Oui. On avait un stand pendant plusieurs années là-bas, chaque année, et le village du numérique dans lequel on avait ce stand a été fermé pendant quelques années. Là ils ont décidé de le rouvrir, ils nous ont gentiment réinvités. Là aussi l’intérêt d’être présents à la fête de l'Humanité c'est de pouvoir toucher du très public qui parfois n'entend vraiment parler d’informatique que par les pubs. Là, ça permet d'avoir un autre son de cloche et de toucher, encore une fois, le très grand public.

Luc : Très bien. Alors dans les petites nouvelles, là je suis directement impacté, il y a la revue de presse qui sort toutes les semaines, faite par Manu.

Lionel : Gros travail de Manu !

Luc : De Manu et donc avec Nicolas, Manu et moi-même, on fait un commentaire audio, on fait une émission de radio qui passe sur quatre, cinq radios locales. On avait fait relâche pendant l'été et là c'est reparti pour toute la saison.

Lionel : D'accord !

Luc : Donc ça se situe sur audio.april.org. Si le truc vous intéresse, c'est un podcast, vous pouvez vous abonner. On a fait le tour de ce qui se fait. Ah non ! Il y a la campagne pour le Guide Libre Association dont on n'a pas parlé.

Lionel : C'est un guide qu'on a déjà eu l'occasion d'imprimer grâce à un soutien, et qui nous avait permis d'en imprimer un certain nombre d'exemplaires, qu'on avait distribués aux associations. Le but de ce guide c'est de montrer que les associations ont tout intérêt à utiliser des logiciels libres. Et donc de leur présenter un certain nombre de logiciels libres, directement utilisables, pour faire de la bureautique, pour gérer leurs adhérents, etc. Et là on a donc fait un appel à dons pour pouvoir imprimer plus d'exemplaires, le plus d'exemplaires possibles en fait.

Luc : On avait un financement pour l'imprimer.

Lionel : On avait un financement et on a complété ce financement par un appel à dons. L'appel à dons on l'a mené sur le site de l'April. Il a permis de récupérer assez d'argent pour doubler le nombre d'exemplaires qui vont être imprimés, donc ça c'est plutôt positif.

Luc : On avait lancé ça parce que, évidemment quand on imprime du papier, le nombre d'exemplaires qu'on peut sortir n'est pas linéaire puisqu'il y a des frais fixes. Et donc c’était un petit peu dommage de sortir un nombre un peu limité alors qu'on pouvait faire beaucoup plus d'exemplaires pour pas beaucoup plus d'argent.

Lionel : C'est ça, tout à fait.

Luc : Et donc là on est arrivé à doubler le nombre d'exemplaires, donc c'est plutôt pas mal.

Lionel : L'idée c'est de pouvoir distribuer ensuite ce guide à toutes les associations qui en feront la demande et qui pourraient être intéressées par cette démarche de passer au logiciel libre.

Luc : Très bien. Du côté institutionnel maintenant. Un premier truc c'est Isabelle Attard, députée, qui a changé de parti, mais qui, l'année dernière, s’était distinguée en posant des questions à tous les ministères pour savoir quel était leur usage de l'informatique et plus précisément du logiciel libre, et là, elle récidive cette année et on a les premières réponses qui sont tombées.

Lionel : C'est ça. On a deux ministères, donc le ministère du Travail et le ministère de l'Agriculture qui ont annoncé qu'ils utilisaient dorénavant, ou qu'ils allaient progressivement passer au logiciel LibreOffice pour gérer leur bureautique.

Luc : Donc l'Agriculture a répondu qu'effectivement ils sont en pleine transition. Le ministère du Travail avait déjà répondu par le passé qu'ils étaient en train de le faire.

Lionel : En effet.

Luc : Ça console par rapport à l'accord Open Bar Microsoft Défense. On voit que les autres ministères sont plutôt dans une bonne dynamique. Et toujours par rapport au gouvernement, on a rencontré le conseiller numérique du Premier ministre.

Lionel : Oui c'est ça. On a eu la possibilité de le rencontrer. C'est Jeanne Tadeusz, notre permanente, qui est allée le voir et qui a pu discuter avec lui des sujets qui nous préoccupent et notamment, en ce moment de l'accord TAFTA, qui est cet accord qui est en train d’être négocié en secret, entre l'Union européenne et les États-Unis, pour créer une grande zone de libre échange économique. Or il y beaucoup de choses qui nous semblent très néfastes dans cet accord, notamment parce que tous les conflits seraient gérés par une juridiction spécifique, dans le cadre commercial, et qui serait hors de la juridiction de chacun des pays.

Luc : Ce rendez-vous a été l'occasion de dire à ce représentant quels étaient nos soucis avec cet accord et tous les points qui étaient importants. Donc c’était des questions de brevet logiciel, des questions de DRM.

Lionel : Oui des DRM, ça c'est très important. Et ce sont des choses qui, régulièrement, reviennent sur le tapis dans le cadre de ces accords. On l'avait déjà vu avec les accords précédents. Et l'idée c'est vraiment d’être très vigilants là-dessus, parce que chaque fois qu'on chasse ça par la fenêtre, ça rentre par la porte ou l'inverse. Donc il faut y faire attention.

Luc : A priori l’entretien s'est plutôt bien passé. Bien sûr on ne promet jamais rien d'en ce genre d’événement. Il faut rester vigilants et prêts à agir. Et pour le coup sur cette question de TAFTA, on a publié. On avait dit la dernière fois qu'on avait répondu à une, comment ça s'appelle déjà ?

Lionel : Questionnaire européen.

Luc : Une consultation.

Lionel : Consultation, oui.

Luc : Et du coup on a publié nos positions sur TAFTA, on peut les retrouver sur le site dans l'onglet nos positions.

Lionel : C'est ça. Et là ça permet de manière très synthétique, en quelques phrases, de comprendre quelles sont les données de ces accords et pourquoi ça peut être néfaste pour le logiciel libre.

Luc : Voilà. Donc sur TAFTA ça vraiment être le gros dossier, a priori, en 2014, 2015. On mène les actions qu'on a évoquées la dernière fois, qu'on évoque aujourd'hui, mais il est certain qu'on aura besoin de passer par une étape de mobilisation de tout le monde, des libristes. On en parle maintenant, parce que pour l'instant c'est encore un petit peu trop tôt, mais,

Lionel : On fera appel à vous !

Luc : On fera appel à vous. C'est comme ça que ça marche et c'est ça qui fait vraiment bouger les choses.
Lionel : C'est en faisant pression sur nos représentants que ça peut changer quelque chose.
Luc : Voilà. On a fait le tour.
Lionel : Oui, voilà. Merci Luc.
Luc : Eh bien on se retrouve dans un mois à peu près.
Lionel : Au revoir.

13 September 2014

Frederic BEZIES

VintOS : le syndrôme « 15MTD » touche la Manjaro Linux à son tour ?

Le 13 September 2014 à 13:48:02

Par 15MTD, je veux dire : « 15 Minutes Tweaking Distro », en gros, une distribution GNU/Linux basée sur une plus célèbre que l’on peut reproduire en 15 minutes, montre en main.

VintOS est le dernier exemple sur lequel je suis tombé dessus, par le plus mauvais des hasards.

Pour simplifier ? Prenez une Manjaro Linux 0.8.10 Xfce, maintenez-la à jour, rajoutez le thème « Numix » d’Antergos, le noyau linux 3.14 LTS, et pour finir déplacer la barre des taches du bas vers le haut. Sans oublier une icone spécifique pour le menu de démarrage et un fond d’écran spécifique. En rajoutant quelques logiciels comme Gedit, Chromium, Mozilla Thunderbird et KDEnlive.

Tout ce qui pourrait prendre 15 minutes avec un tutoriel en une demi-douzaine d’étapes vous est facturé sous la forme d’une ISO de 1,8 Go…

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ ls -alh VintOS-v1-x86_64.iso
-rw-r--r-- 1 fred wheel 1,8G 13 sept. 09:07 VintOS-v1-x86_64.iso

Pour vous montrer comment reproduire la VintOS en partant d’une Manjaro Linux 0.8.10 à jour, on arrive à la VintOS, modulo le fond d’écran et l’icone du menu Whisker… Pour mémoire, l’ISO officielle de la Manjaro Linux 0.8.10 ne pèse que 1,2 Go.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ ls -alh manjaro-xfce-0.8.10-x86_64.iso
-rw-r--r-- 1 fred wheel 1,2G 13 sept. 11:48 manjaro-xfce-0.8.10-x86_64.iso

Je vais donc vous montrer en vidéo comment « VintOS-iser » une Manjaro Linux à jour.

Aucune inquiétude, je ne cèderai presque pas à la tentation de passer par la ligne de commande, mais je vais simplement utiliser Pamac et les outils graphiques disponibles pour la Manjaro Linux.

Enfin, la seule utilisation sera le passage pour installer le duo numix-frost-themes et numix-circle-icon-theme-git. Pour le premier paquet, au moment où j’écris cet article, la personne qui maintient le paquet sur AUR a été incapable de maintenir le paquet à jour. Et surtout, la création de paquets git prend une éternité sous Pamac :(

<iframe allowfullscreen="allowfullscreen" frameborder="0" height="480" src="http://www.youtube.com/embed/j-hOT9fvLVY?rel=0" width="640"></iframe>

Vous avez pu voir que cela n’a pas été sorcier de reproduire presque à l’identique la VintOS… Une demi-douzaine d’étapes et un gros quart d’heure. Largement moins que le temps nécessaire pour récupérer les 1,8 Go de l’ISO, non ? Ok, sauf si vous avez une connexion de dingue, genre fibre :)

Ce doit être sûrement trop compliqué de proposer un tutoriel rapide qui pèse une grosse dizaine de Mo… Non, mieux vaut proposer une ISO de presque 2 Go à la place… :(

april.png Nouvelles April

La campagne de dons pour le Guide Libre Association permet l'impression de 8 000 exemplaires

Le 13 September 2014 à 13:01:46

Guide Libre Association

Début juillet 2014, l'April avait lancé une campagne de dons pour financer la réimpression de notre Guide Libre Association. Cette campagne va permettre l'impression de 8 000 exemplaires du guide qui devraient être disponibles courant octobre. Un grand merci à toutes les personnes et organisations qui ont participé à cette campagne (en la relayant et/ou en faisant un don).

Dans le cadre de notre groupe de travail « Libre Association », nous avons entrepris depuis plusieurs années de « construire des ponts entre les logiciels libres et le monde associatif ». En 2012, nous avons réalisé un guide répertoriant des méthodes et des outils de travail adaptés aux besoins des associations. Ce guide est prévu pour donner à chaque association les clés de ses libertés informatiques. Il est disponible en version Web et en version papier (PDF).

Nous avions réalisé et diffusé gratuitement à 10 000 exemplaires une première version de ce guide en 2012, grâce à une subvention de la Fondation Crédit Coopératif. Nous avons par ailleurs été plusieurs fois invités par le Crédit Coopératif au Forum National des Associations et Fondations pour présenter le guide ainsi que des logiciels libres.

Dans la continuité de ces actions, nous avons décidé de financer une nouvelle édition du guide et le distribuer gracieusement auprès des associations. Nous disposions pour cela d'un soutien de la Macif, mais avons souhaité augmenter notre budget pour maximiser l'impact de notre action. La campagne de dons, lancée début juillet, a permis de compléter notre budget malgré la période estivale peu propice à une collecte de dons et nous permet de faire imprimer et mettre à disposition 8 000 exemplaires du guide.

Des exemplaires du guide devraient être disponibles sur le stand du Crédit Coopératif au au Forum National des Associations et Fondations le 22 octobre 2014. Les autres exemplaires seront mis à disposition via le site web, plus de nouvelles bientôt.

12 September 2014

april.png Nouvelles April

Contrat Microsoft/Défense : quelles limites pour l'Open Bar ?

Le 12 September 2014 à 13:39:20

En juillet 2014, l'April a reçu de nouveaux documents sur l'Open Bar Microsoft/Défense, avec l'avis de la commission consultative des marchés publics (CCMP) sur le premier contrat, datant du 6 mai 2008. En 2008, la CCMP avait été saisie du premier contrat d'Open Bar, afin de vérifier sa validité juridique vis-à-vis du code des marchés publics. Contrairement à l'opinion très critique du rapporteur pour la CCMP, le rapport final valide globalement le montage juridique que représente l'Open Bar, en émettant cependant quelques réserves.

Les plus nombreuses portent sur des points techniques, qui ont visiblement entraîné des modifications du contrat avant sa signature.

Cependant, d'autres réserves plus générales ont également été émises par la CCMP, qui « demande cependant au service de bien s'assurer que les prestations de services associés à la prestation principale de mise à niveau des logiciels sont réellement indispensables à leur maintien en condition opérationnelle ». En d'autres termes, le marché ne doit concerner que la mise à niveau de logiciels déjà présents.

Cette demande fait suite à la note du rapporteur de la CCMP, qui soulignait que l'objectif réel du contrat n'était pas reflété dans son titre, et proposait donc de le renommer « concession de droits d'usage des produits Microsoft pour postes de travail et prestations associées ». Cette démarche avait d'ailleurs été admise à demi-mot par le ministre de la Défense en 2012, alors qu'il expliquait dans une réponse à une question écrite que le but de contrat était « la standardisation des environnements de bureautique du ministère ».

Malgré tout, aucune modification du titre ni de l'objet du contrat n'a été faite, entraînant ainsi une incohérence pour le moment inquiétante en termes de respect des marchés publics entre l'objet affiché du contrat et son objectif réel.

De plus, la nécessité pour ce contrat de « maintien en condition opérationnelle » de se limiter aux mises à jour de produits pré-existants à été rappelé en 2012 par la Commission des marchés publics de l’État (CMPE), qui a remplacé le CCMP depuis. La CMPE soulignait même que des logiciels comme les traitements de texte devaient être soumis à la concurrence. On peut enfin regretter que l'avis du rapporteur de 2008 n'ait pas été pris en compte ou référencé dans l'avis de 2012.

En conclusion, l'April dénonce donc un contrat douteux, qui ne semble pas respecter l'avis des commissions dont le rôle est de s'assurer du respect des marchés publics. Si le contrat de 2008 est désormais arrivé à expiration, il a été renouvelé en 2013 et la vigilance s'impose pour limiter la dépendance à Microsoft de services aussi cruciaux que ceux de la défense d'ici 2017.

Frederic BEZIES

Micro-R OS : encore une distribution GNU/Linux qui sera morte d’ici la fin de l’année 2014.

Le 12 September 2014 à 09:46:25

Dans le monde des distributions inutiles, je pense qu’en fouillant la liste d’attente de Distrowatch, on peut trouver des pépites. Micro-R OS en est l’exemple parfait, car elle accumule les erreurs dès sa page d’accueil qui est un résumé de faute d’orthographe et de grammaire. Ce qui n’est que la partie visible de l’iceberg.

Il y a tellement de fautes d’orthographe et de grammaire qu’il y a de quoi remplir quelques bottins ! Juste une bonne vingtaine (pour ne pas dire le double) sur la page d’accueil. Vous voulez vous vider un chargeur de AK-47 dans le pied ? C’est moins douleureux au final pour la crédibilité de votre travail.

Mais s’il n’y avait que cela… Les liens de téléchargements se font via… Mega ! Trop compliqué de passer par Sourceforge ? :)

Bon, le temps que l’ISO se récupère, on va commencer par le site… Et c’est du lourd. Désolé par avance pour les oreilles chastes, mais il y a tellement de fautes d’orthographe et de grammaire que je me suis légèrement emporté. D’ailleurs, je me demande où j’ai encore rangé ma mitrailleuse à crottes de chien… Impossible de la trouver quand on en a besoin :(

<iframe allowfullscreen="allowfullscreen" frameborder="0" height="480" src="http://www.youtube.com/embed/zioUQ-s9mbI?rel=0" width="640"></iframe>

Désolé pour les mots crus, mais vous avez compris pourquoi je me suis laissé emporté. Heureusement que je passais le premier CD de « Deep Purple In Concert (1970-1972) » pour me calmer les nerfs après la fin de l’enregistrement de la première vidéo de l’article.

Après avoir passé près de deux heures à récupérer les 1,8 Go de l’ISO de cette énième dérivée d’Ubuntu, Je l’ai installée dans une machine VirtualBox. Pour se retrouver avec une distribution qui n’a pas créé de compte utilisateur même si on l’a demandé à l’installation… Il faut se connecter avec le compte micro-r et entrer le même mot de passe. On sent le professionnalisme de l’ensemble…

Et oui, on se retrouve avec un clone raté de LinuxMint, car c’est Cinnamon qui est proposé par défaut. Mais le mieux est de vous montrer le massacre en vidéo.

<iframe allowfullscreen="allowfullscreen" frameborder="0" height="360" src="http://www.youtube.com/embed/78K6JxFRZYg?rel=0" width="640"></iframe>

Outre le fait de passer par Mega (qui est d’une lenteur digne d’une connexion ADSL 512k d’il y a une dizaine d’années), les pages vides, les liens qui ne sont pas prêts à l’emploi et les 25 voire 30 ou 40 fautes d’orthographe et de grammaire, on se dit qu’il y a un léger problème quelque part.

En tout cas le sondage proposé est le seul point réaliste de toute cette aventure : la distribution ne sert à rien. Et pour la milliardième fois, c’est ça pas sa dans ce cas précis.

Simple remarque : quand on veut faire un site pour une distribution, on commence par s’assurer que le site est complet et surtout sans transformer le texte écrit en l’équivalent d’une copie de CM1 lors d’une dictée. Et encore, je me demande si ce ne serait pas une insulte pour un(e) élève de CM1… Surtout que je devais avoir un niveau légèrement supérieur quand j’étais en classe de CM1 en 1983-1984.

11 September 2014

Matthieu SAULNIER

Client VPN

Le 11 September 2014 à 10:46:43

Petit pense-bête à propos des connexions clientes aux serveurs VPN... Ce sont des modes de connexion que je n'ai pas l'habitude d'utiliser, si je dois changer d'adresse IP j'utilise plutôt le port forwarding à travers un tunnel SSH.

Placer les certificats aux bons endroits

Si j'utilise NetworkManager dans ma session utilisateur normale, placer les certificats dans le répertoire .cert/ juste pour ne pas se faire bloquer par SELinux. En effet pour que NM puisse les lire il leur faut, ainsi qu'au répertoire parent, un contexte SELinux particulier: home_cert_t. Ce contexte est attribué par défaut au répertoire /home/$USER/.cert/ automatiquement dès sa création.

Si j'utilise le service OpenVPN configuré en mode client, placer les certificats dans le répertoire /etc/openvpn/keys/ juste pour pas mélanger avec les fichiers de config. Penser surtout à ajouter "keys/" dans le fichier de configuration pour spécifier les noms des certificats, sinon OpenVPN ne les trouvera pas. Il utlise d'ailleurs /etc/openvpn/ comme racine pour rechercher les fichiers indiqués.

Lorsque des routes ne sont pas correctement indiquées par le serveur VPN

Cela peut arriver, en l'occurence mon serveur VPN n'indique pas toutes les routes nécessaires pour la connexion. Il est plus facile de les ajouter manuellement dans la conf de OpenVPN que de NM.

La commande manuelle :

ip route add 192.168.1.0/24 via <adresse_de_linterface_tun0>

Le fichier /etc/openvpn/MaConnexion.conf :

route 192.168.1.0 255.255.255.0

Notez que pour le prefix /24 on indique l'adresse de broadcast 255.255.255.0, et que pour le prefix /16 on indiquerait l'adresse 255.255.0.0. Enfin, pas besoin de préciser l'interface de cette route dans le fichier de conf puisqu'au tout début du fichier est indiqué l'interface tun.

Exemple de fichier de configuration pour OpenVPN en mode client

Il existe un squelette presque prêt à l'emploi qu'il suffit de copier dans /etc/openvpn/.

  • /usr/share/doc/openvpn/sample/sample-config-files/client.conf

Les seules modifications requises sont les noms des certificats et l'ajout éventuel de routes...

Créer un service systemd par connexion VPN

Contrairement à ce qui est indiqué dans le wiki fedoraproject, créer le lien dans le répertoire de config /etc/ au lieu de /lib/ :

# ln /lib/systemd/system/openvpn@.service /etc/systemd/system/openvpn@MaConnexion.service

Puis démarrer le service :

# systemctl start openvpn@MaConnexion.service

That's all

Frederic BEZIES

Environnement de bureau « vintage et rétro » : victoire par KO technique de Mate Desktop ?

Le 11 September 2014 à 09:33:21

Il y a toujours des personnes aimant et vénérant le « vintage et le rétro ». Dans le petit monde des environnement de bureaux, cette définition pourrait être formulée ainsi : des environnements d’une ancienne génération, abandonnés par les développeurs d’origine et maintenus en vie par des passionnés.

Il y en a deux qui collent à cette définition : Mate Desktop, jadis lancé par Perberos pour faire survivre Gnome 2 à l’arrivée de Gnome 3, et un moins connu, Trinity Desktop Environment pour continuer sur la lancée de KDE 3.5.10, à l’arrivée de KDE 4.x devenu entre temps KDE SC.

Il faut dire que Gnome 3.0 et KDE 4.x jusqu’à sa version 4.3 n’étaient pas franchement des plus utilisables. Même si j’ai été durant une période utilisateur de KDE 4.3, entre août 2009 et octobre 2009, je n’ai jamais regretté KDE 3.5.x, n’ayant jamais accroché au dit environnement.

C’est tout le contraire pour Mate-Desktop qui – au moment où j’écris ce billet, le 11 septembre 2014 – est l’environnement que j’utilise à la fois sur mon ordinateur fixe et mon portable. Ses débuts il y a environ 3 ans ne laissait présager rien de bon, mais le code a vraiment été nettoyé et a évolué.

J’ai cependant remarqué qu’il n’y a presque aucune distribution qui propose Trinity Desktop Environment. Sans l’annonce de l’arrivée d’une révision mineure de la Q4OS, j’aurais complètement oublié l’existence du projet.

J’ai voulu savoir combien de distributions indexées par Distrowatch propose le dit environnement qui succède KDE 3.5.xx. Et le résultat a été simple et sans appel : 2 !

Il s’agit de la Q4OS et de la Exe GNU/Linux (dont j’ai appris l’existence au passage).

Et c’est tout ! Autant dire que c’est très limité. Mais si on fait la même recherche pour Mate Desktop, le résultat est tout autre. Il y a 27 distributions indexées sur 287 (pas loin de 10% du total) et maintenues en vie qui propose Mate Desktop, dont 2 BSDs libre à savoir : GhostBSD et PC-BSD.

Même si dans la liste des distributions indexées supportant Mate Desktop il manque la Ubuntu Mate, c’est quand même impressionnant.

Ce qui a aidé Mate Desktop à gagner en popularité, c’est le rejet de l’interface nouvelle génération. Ce qui n’a pas été l’opportunité pour Trinity, vue l’amélioration du code de KDE SC à chaque nouvelle version 4.x.

Et ce n’est pas l’arrivée progressive de « KDE 5″ qui va changer la donne, non ?


Powered by Planet!
Mise à jour: Le 18 September 2014 à 15:34:52